Hauteur
177 cm - 5'10''
Poids
79 kg - 176 lbs
Poitrine
100 cm - 39''
Taille
105 cm - 41''
Hanches
100 cm - 39''
Confection
52
Pointure
43
Yeux
Noisette
Cheveux
Gris

brunolienard-acteur la suite de la carrière Fabrice Luchini

Jeudi 26 Mars 2020

Années 2010 L'acteur au déjeuner des nommés des César du cinéma 2013, pour Dans la maison.Durant cette décennie, l'acteur va enchaîner les performances remarquées, lui permettant de décrocher quatre nouvelles nominations au César du meilleur acteur.

En 2010, il partage d'abord l'affiche de la comédie Les Invités de mon père, d'Anne Le Ny, avec une autre actrice favorite de la critique, Karin Viard. Puis il fait partie du casting quatre étoiles réuni par François Ozon pour sa satire Potiche. L'acteur y retrouve Karin Viard, auxquels s'ajoutent Catherine Deneuve et Gérard Depardieu.En 2011, il connaît un joli succès critique et commercial en portant la comédie historique Les Femmes du 6e étage, de Philippe Le Guay. L'acteur y est cette fois marié à Sandrine Kiberlain. L'année suivante, il retrouve François Ozon, qui lui a confié le premier rôle du drame Dans la maison. Il décroche une nomination aux Césars pour sa performance. Parallèlement, l'acteur s'autorise à incarner Jules César dans la grosse production Astérix et Obélix : Au service de sa Majesté, de Laurent Tirard. Il succède ainsi à Alain Chabat et Alain Delon, précédents interprètes du rôle.Mais c'est en 2013 qu'il est de nouveau acclamé par la critique : Alceste à bicyclette, qui marque sa troisième collaboration avec Philippe Le Guay, lui vaut une nomination au César du meilleur acteur. Puis en 2014, la réalisatrice Anne Fontaine en fait un boulanger transi de fascination pour une sculpturale jeune femme incarnée par Gemma Arterton dans Gemma Bovery.L'année d'après, sa propre fille, Emma Luchini, lui confie un second rôle dans son drame Un début prometteur, porté par Manu Payet. Cependant, c'est le drame L'Hermine, de Christian Vincent, où il joue un juge tombant amoureux d'une jurée incarnée par Sidse Babett Knudsen, qui lui vaut une nouvelle nomination aux Césars. Il est également nommé au Prix Lumières du meilleur acteur 2016 et de recevoir la Coupe Volpi pour la meilleure interprétation masculine du Festival de Venise 2015.

En 2016, il fait confiance au scénariste/réalisateur Bruno Dumont pour la comédie expérimentale Ma loute. Il y donne la réplique à Juliette Binoche et Valeria Bruni Tedeschi.Bon client de la télévision, réputé pour ses saillies verbales et ses pirouettes pour éviter de répondre aux questions plus personnelles, il reconnaît cette année-là être « condamné à la performance14 » mais préfère quitter « la condition d’histrion légèrement hystérique » pour retrouver la scène15.À la fin de l'année 2018, il tient le rôle-titre de la comédie dramatique Un homme pressé, d'Hervé Mimran. Il y a pour partenaire Leïla Bekhti. Puis il incarne Joseph Fouché dans la grosse production L'Empereur de Paris, de Jean-François Richet, portée par Vincent Cassel.Début 2019, il a pour partenaire Camille Cottin pour la comédie dramatique Le Mystère Henri Pick, de Rémi Bezançon, puis la jeune Anaïs Demoustier pour la romance Alice et le Maire, de Nicolas Pariser. Puis il joue les meilleurs amis avec Patrick Bruel pour la comédie Le Meilleur reste à venir, co-réalisée par le tandem Matthieu Delaporte / Alexandre De La Patellière. Luchini avait tourné avec le chanteur/acteur trente ans plus tôt, pour la comédie P.R.O.F.S16.


BrunoLiénard aime, l'acteur-comédien Fabruce Luchini

Jeudi 26 Mars 2020

Carrière. L'acteur, nommé à la 18e cérémonie des César pour Le Retour de Casanova.

Fabrice Luchini tourne ensuite avec Nagisa Ōshima, Pierre Zucca, Cédric Klapisch, Claude Lelouch et Édouard Molinaro. Mais c'est son rôle dans La Discrète de Christian Vincent en 1990 qui le fait connaître du grand public, et qui lui vaut une nomination au César du meilleur acteur. Il devient dans les années 1990 un acteur très demandé par le cinéma français et campe de nombreux rôles de composition comme dans Le Retour de Casanova en 1992 aux côtés d'Alain Delon et Elsa Lunghini ; dans Tout ça... pour ça ! ; dans Le Colonel Chabert (1994) aux côtés de Gérard Depardieu, Fanny Ardant et André Dussollier ; dans Beaumarchais, l'insolent. Il est à nouveau nommé aux César pour ces quatre films, et reçoit celui du César du meilleur acteur dans un second rôle en 1994 pour Tout ça... pour ça !.

En 1994, il fonde la société Assise Production qui coproduit certains des films où il joue11.Il s'adonne aussi, notamment grâce à Jean-Laurent Cochet, au théâtre, sa véritable passion, « seul lieu où s'exprime la vie, la nourriture de la vie, ce qu'aucune école n'enseignera jamais ». Il partage son activité entre le cinéma et la scène et rencontre un important succès en déclamant des textes de La Fontaine, de Nietzsche, de Céline (avec Voyage au bout de la nuit), de Paul Valéry, de Philippe Muray ou de Roland Barthes. Il a également fait connaître des auteurs contemporains, Yasmina Reza ou Florian Zeller. Il est nommé quatre fois aux Molières12, dont deux pour celui du Molière du comédien. Années 2000 L'acteur au Festival de Cannes 2007, quelques mois après la sortie de Molière.Cette décennie, moins prolifique, amène néanmoins Fabrice Luchini, vers la fin, à des rôles de plus grande envergure.En 2000, il interprète le rôle-titre de la comédie de mœurs Barnie et ses petites contrariétés, écrite et réalisée par Bruno Chiche. Il monte ensuite sur les planches pour une reprise de la pièce Knock, de Jules Romains, au Théâtre de l'Athénée. Sa prestation lui vaut le Prix du Brigadier. En 2003, il mène la large distribution de la comédie Le Coût de la vie, écrite et réalisée par Philippe Le Guay13 et donne la réplique à Sandrine Bonnaire pour le drame Confidences trop intimes, de Patrice Leconte.Il revient à la comédie populaire La cloche a sonné, de Bruno Herbulot, puis s'aventure vers un cinéma plus ambitieux avec deux projets très différents : en 2006 sort la satire Jean-Philippe de Laurent Tuel, où il fait face à Johnny Hallyday. Puis en 2007, il prête ses traits à M. Jourdain pour le biopic Molière, co-écrit et réalisé par Laurent Tirard (et avec Romain Duris dans le rôle-titre). Sa performance lui vaut Saint Georges d'argent du Festival international du film de Moscou.En 2008, il fait partie de la distribution chorale du drame Paris, de Cédric Klapisch, d'un autre film au casting très étendu, la comédie Musée haut, musée bas, de Jean-Michel Ribes, puis revient à un cinéma plus populaire pour la comédie dramatique La Fille de Monaco, d'Anne Fontaine, où il donne la réplique à la jeune Louise Bourgoin.